menu docteur eschermann Menu

Accueil

L'anthroposophie

Articles

Ressources

Infos pratiques

Mentions légales

Docteur Julien Eschermann

Dr. Julien ESCHERMANN

Spécialiste en médecine générale

NON CONVENTIONNÉ

56 cours Lafayette, 83000 Toulon

Plan d'accès

contacez votre médecin anthroposophe à toulon 04 89 30 76 29

Les médicaments psychotropes...

Et si on essayait de diminuer ou de se passer de ces petites pilules qu’on prend pour le stress ou pour dormir ?

En 2012, environ 11,5 millions de Français ont consommé au moins une fois une benzodiazépine* (7,0 millions une benzodiazépine anxiolytique, 4,2 millions une benzodiazépine hypnotique et 0,3 million du clonazépam). À noter que 22,2 % des consommateurs ont recours à deux benzodiazépines simultanément ou non et que 0,7 % en consomme trois.

rhinite rhume des foins et medecine anthroposophique

De nombreux effets indésirables : affections du système nerveux (somnolence, comas, pertes de conscience, amnésie), des atteintes psychiatriques (état confusionnel, agitation, pharmacodépendance, abus) et des chutes particulièrement dangereuses chez le sujet âgé.

Un autre effet indésirable des benzodiazépines est le phénomène de tolérance qui est caractérisé par une diminution progressive de l’effet thérapeutique pouvant conduire à une augmentation des doses pour obtenir l’effet recherché. Une dépendance peut également survenir, elle peut être physique et/ou psychique et favorisée par la durée et la dose utilisée. L’arrêt du traitement par benzodiazépines, même à dose thérapeutique, peut entraîner un syndrome de sevrage caractérisé par une insomnie, une irritabilité et peuvent aller jusqu’à des convulsions. Le risque de pharmacodépendance, d’abus et d’usage détourné est spécifiquement surveillé par le réseau français d’addictovigilance.

Les benzodiazépines sont également les molécules les plus fréquemment impliquées dans les cas de soumission chimique (utilisation criminelle).

La consommation des benzodiazépines peut être particulièrement problématique chez le sujet âgé. Dans cette population, les risques de chute (plus important chez les femmes) et de perturbation de la mémoire sont particulièrement élevés et le risque d’accumulation accroît le risque de surdosage et d’effets indésirables. Les benzodiazépines accroissent également le risque d’accidents de la route et ce, d’une façon hautement significative. Environ 1,03 % des accidents de la route survenant en France serait imputable aux benzodiazépines.

Enfin, certaines études ont analysé le lien potentiel entre la prise de benzodiazépines et la survenue d’une démence. Les résultats de ces études sont hétérogènes voire non concordants. Une étude française, publiée en 2012, réalisée sur des sujets de plus de 65 ans non institutionnalisés suivis pendant près de 20 ans, a montré que le risque de démence est augmenté chez les sujets nouveaux consommateurs de benzodiazépines durant le suivi. Ce risque potentiel et grave vient s’ajouter aux autres risques identifiés en particulier chez le sujet âgé.

C’est pourquoi les autorités de santé tentent par tous les moyens, et à juste titre, de rationaliser l’usage de ces médicaments.

Ici encore, la Médecine Anthroposophique, comme l’homéopathie, la phytothérapie, peut apporter des solutions aux patients qui souhaitent se défaire ou diminuer les doses d’un tel traitement. Il n’est pas question ici de jeter l’anathème sur ces traitements par benzodiazepines qui peuvent se révéler tout à fait nécessaire dans certains cas. Mais l’enjeu est d’en réduire la dose, la durée et de faciliter le sevrage. Dans d’autres cas il sera possible d’avoir recours d’emblée à un traitement anthroposophique ou homeopathique.

Je rappelle qu’il est préférable de ne pas avoir recours à l’automédication dans ce domaine, et qu’un médicament homéopathique ou anthroposophique possède ses propres règles et risques d’usage. Seul un médecin peut poser un diagnostic des troubles ressentis par le patient et lui proposer le traitement qui lui semble le plus efficace.

[1] Etude citée : Rapport de l’Agence nationale de la sécurité du médicament et des produits de santé : État des lieux 2013 de la consommation des benzodiazepines en France – Décembre 2013

*Benzodiazépine : nom générique de diverses substances utilisées en particulier dans le traitement médical de l’anxiété, de l’insomnie ou du sevrage alcoolique.

Bibliographie

- Hamre HJ et al.: Anthroposophic therapy for chronic depression: a four-year prospective cohort study. BMC Psychiatry 2006, 6:57. DOI 10.1186/1471-244X-6-57.

- Rother C. [Administration of Cardiodoron® in patients with functional cardiovascular disorders and/or sleep disorders--results of a prospective, non-interventional study]. Forsch Komplementmed. 2013;20(5):334-44.

- Hamre HJ, Witt CM, Glockmann A, Ziegler R, Willich SN, Kiene H. Anthroposophic medical therapy in chronic disease: a four-year prospective cohort study. BMC Complement Altern Med. 2007;7:10.

- Lees J. Facilitating self-healing in anthroposophic psychotherapy. Forsch Komplementmed. 2013;20(4):286-9.

Le saviez-vous?

Selon un rapport de l'ANSM[1] , il ressort que bien que l’AMM (autorisation de mise sur le marché) recommande des durées d’utilisation courtes pour les benzodiazépines, les temps d’exposition sont parfois très supérieurs et se chiffrent en mois, voire en années.

131 millions de boîtes de benzodiazépines ont été vendues en 2012.